Taxis volants aux JO 2024 : Du rêve à la réalité
15 juillet, 2022 par

Taxis volants aux JO 2024 : Du rêve à la réalité

La mobilité urbaine devient contraignante en raison de l’aspect peu praticable du trafic routier causé par les bouchons. Les concepteurs d’engins volants ont donc pensé à user de l’espace aérien pour désengorger le réseau routier. Il est né de cette idée un prototype d’engin volant baptisé « voiture volante ou taxi volant ». Dotée d’hélice, cette voiture volante peut faire décoller et atterrir quelques de passagers. Il s’agit là d’une invention inédite dans le monde de l’aviation.

Plutôt que d’utiliser des avions, il sera possible d’en user pour se déplacer rapidement et pour effectuer des vols commerciaux en toute sécurité. Les taxis volants feront leur apparition aux JO 2024. Nous vous invitons à lire ce contenu pour en savoir davantage sur le sujet.

Les taxis volants débarquent aux Jeux Olympiques 2024

Puisque les prochains Jeux olympiques se dérouleront à Paris en 2024, de nombreux programmes d’avion dirigés par les pionniers du marché de l’aviation ont été créés. Grâce à eux, il a été inauguré un aéroport de nouvelle mobilité à Pontoise-Cormeilles-en-Vexin. Il sera possible d’y réaliser son premier vol en taxis volant hybride à décollage et atterrissage vertical. Les pilotes expérimentés du domaine avionique pourront également y effectuer des patrouilles avec cet engin doté de rotor.

Le projet de mobilité urbaine avancée est si prometteur qu’il pourrait même susciter l’intérêt de la Nasa, la célèbre agence spatiale américaine. Cet Uber aérien biplace sera donc l’un des plus grands atouts de toute l’histoire aéronautique. Légers, rapides et puissants, les prototypes faisant encore l’objet d’essais en vol deviendront les « futurs avions » de courte distance. 

Taxis volants : un transport aérien futuriste

Nombreux sont ceux qui pensent aux véhicules aériens lorsqu’il est question de mobilité aérienne. Cependant, ce type de véhicule aérien va encore au-delà de cette simple appréhension. Il s’agit en réalité de voitures volantes pouvant être utilisées pour les services d’urgence. Son importance se révèle également lors du transport de marchandises fragiles, car le trafic aérien semble être plus sûr. L’armée américaine, l’air-force et les autres forces armées sont des entités qui peuvent se servir de ces appareils volants pour transporter de l’armement (missiles d’armée de l’air et autres types d’armes). 

Certaines compagnies aériennes travaillent même en partenariat avec des agences de tourisme pour faire de ces petits aéronefs, des appareils de vols touristiques. Ainsi, cet engin en forme de drone transportera les visiteurs de l’aéroport vers les lieux à découvrir.

(Musée de l’air et autres). En fonction de leur distance franchissable, ces appareils volants pourraient permettre une navigation aérienne lointaine. Par conséquent, certaines compagnies aériennes telles que SpaceX et Boeing pourront en user pour le transport de passagers vers des communautés isolées.

L’industrie aéronautique a doté ce type de véhicules aériens de diverses technologies. En effet, ils sont équipés d’hélices qui peuvent se tourner vers l’avant à l’issue du décollage. Les autres technologies modernes intégrées à un tel planeur lui permettent d’être plus avancé que les hélicoptères actuels. En effet l’industrie aéronautique y a incorporé des moteurs électriques avec batterie, des ordinateurs dont la puissance de calcul est bien plus grande et des capteurs permettant une meilleure orientation. Cela en fait donc des appareils volants autonomes. 

En ce moment, l’industrie aéronautique prévoit une multitude de projets concernant la mobilité aérienne avancée. Il s’agit de projets privés et publics qui s’intéressent à tous les aspects de ce type d’engin. Leur intérêt est en rapport avec :

- La mise au point de système de conduite autonome

- Le design de vertiports idéal pour ce nouveau mode de transport : il permettrait d’accueillir l’effectif de passagers suffisant sans risquer qu’un grand nombre d’aéronefs use du trafic aérien. Cela est primordial, car les héliports des villes ne peuvent accueillir qu’un seul passager à la fois, ce qui ne concorderait pas avec l’envergure de la mobilité aérienne avancée.

En plus des vols touristiques, les taxis volants sont capables d’effectuer :

- Un vol commercial,

- Un vol stationnaire (vol de sustentation), 

- Un vol à basse altitude 

- Un vol vertical (décollage vertical)

Il serait impossible d’utiliser des avions pour réaliser de tels trajets. En effet, l’avion est bien trop imposant et son usage causera un crash. Le taxi volant est un aéronef différent :

- D’un avion de ligne monomoteur

- D’un avion conçu pour glisser sur l’eau (hydravion)

- D’un avion bombardier

- D’une fusée

- D’un petit avion utilisé pour les vols d’essai

Les taxis volants révèlent plusieurs enjeux à surmonter

Bien que l’industrie aéronautique propose déjà le premier prototype de ce type d’engin, il ne pourra pas être opérationnel de sitôt. Cela est tout à fait normal, car de nombreuses contraintes freinent son déploiement massif.

Les enjeux environnementaux

Les enjeux environnementaux sont importants, car la mobilité aérienne se doit d’être durable. La motorisation électrique devrait octroyer la possibilité de décoller et d’atterrir sans émettre de gaz à effet de serre. De plus, la consommation en énergie électrique est censée être amoindrie pour éviter toute surcharge sur les réseaux électriques. 

Aujourd’hui, diverses start-up mettent au point des technologies pour diminuer les dépenses énergétiques. À titre d’exemple, le professeur Luis Rodrigue travaille actuellement sur l’optimisation des vols. Son objectif est d’équilibrer la réduction de la consommation en énergie et la durée des trajets. 

Les enjeux sociaux

Pour que le projet de taxis volants concorde avec les attentes de tout un chacun, il est nécessaire de minimiser la pollution visuelle. Cela nécessite donc de faire voler les aéronefs plus hauts. Le décollage et l’atterrissage devront également se faire sans pollution sonore. À ce niveau certains chercheurs ont émis des remarques importantes. 

D’après ces derniers, le bruit ne poserait aucun problème pour les habitants des villes ayant l’habitude des hélicoptères. Ils n’auront donc pas les mêmes rapports à la pollution sonore que les résidents d’une ville bien plus paisible. 

Ce type d’hélicoptère constituera également une meilleure alternative pour éviter les embouteillages. 

Les technologies intégrées à l’appareil permettent à ces engins spatiaux de réaliser des performances des futurs avions. Puisqu’ils sont capables d’atteindre une vitesse de croisière intéressante, ils réduisent considérablement les heures de vol et seront plus rapides que les gros avions. Le taxi spatial est donc un véhicule volant qui pourrait devenir un véritable appareil aérodynamique adopté par toute l’industrie. Dans ce cas, il ferait donc l’actualité aéronautique pendant de nombreuses années.

Pour attester de l’efficacité d’un tel engin aérospatial, plusieurs vols de démonstration ou vols d’essai ont été faits. Cela a permis de faire décoller et piloter cette voiture autonome dans les meilleures conditions. Lors d’un essai en vol, il a même été possible de survoler et de faire escale dans des zones inaccessibles même aux hélicoptères. 

Cet appareil qui voltige obéira au contrôle aérien et fera la fierté du passionné d’aéronautique. Cependant, cet engin conçu pour voler devra bénéficier d’une meilleure maintenance aéronautique afin qu’il puisse fonctionner convenablement. Si les conditions sont optimales, la production d’avion perdra en importance, car cette variante de l’hélico pourrait devenir le futur avion que les constructeurs aéronautiques préféraient. 

Les pilotes peuvent faire voler des avions de chasse à la vitesse supersonique (vitesse du son). Le vol supersonique permet donc à l’engin d’accélérer afin de franchir le mur du son.

Ce qui ne peut pas être le cas de l’engin de survol que représente cette voiture volante verticalement. D’après les constats effectués lors du premier vol d’essai, les commandes de vol électrique qu’offre cet appareil procurent une meilleure sécurité aérienne aux passagers désireux d’effectuer des déplacements low-cost. Un tel appareil à propulsion électrique transcende donc la science-fiction, mais doit cependant être plus silencieux.