Réglementation MOTO TAXI - Le guide complet
20 septembre, 2021 par

Le métier de chauffeur VMDTR (véhicule motorisé à deux ou trois roues), comme toute activité économique en France, est évidemment encadré par une législation lui étant propre. La règlementation taxi moto vise à éviter tout abus inhérent à la pratique de l’activité de conducteur et cela, pour mieux s’assurer que la conduite du chauffeur soit parfaitement respectueuse de la loi. C’est au nom de ce principe qu’une règlementation aura été mise en place afin que personne ne puisse pratiquer la conduite d’un taxi moto en tant que chauffeur sans être au préalable doté d’une carte professionnelle.

Comment avoir la licence taxi moto ?

Pour respecter la loi et pratiquer sereinement son activité de chauffeur taxi moto dans le cadre d’un transport de voyageur, la règlementation taxi moto impose, pour tout conducteur professionnel, de bénéficier d’une licence. Cette licence pour taxi moto est une carte professionnelle sans laquelle un chauffeur de VMDTR ne peut pratiquer son activité légalement. Aussi est-il tenu de respecter la législation en vigueur s’il ne veut pas enfreindre la loi qui lui incombe.


Conditions d’obtention de la licence de taxi moto

Au regard de la règlementation taxi-moto, l’obtention de la carte professionnelle pour devenir chauffeur de VMDTR suppose de respecter plusieurs conditions cumulatives. Car, afin de transporter un voyageur à l’aide d’un taxi moto, véhicule réputé moins sûr qu’un VTC, il est alors impératif de respecter un certain nombre de critères pour mieux assurer la sécurité des personnes ayant recours à un service de VMDTR.

En premier lieu, un conducteur de taxi moto ayant vocation à transporter un voyageur devra nécessairement être Européen ou détenir un titre de séjour l’autorisant à exercer en France. La loi, en effet, cherche à privilégier les chauffeurs VMDTR locaux afin de ne pas créer une concurrence déloyale. Aussi, le transport de personnes en taxi moto suppose d’être détenteur du permis A et, bien évidemment, de ne pas être en période probatoire. Car personne ne saurait être chauffeur sans bénéficier d’un permis attestant de sa capacité à conduire un voyageur sans risque.

La carte professionnelle de chauffeur suppose aussi de passer une visite médicale afin de l’obtenir. Cette visite aura pour but de déterminer si le chauffeur VMDTR est apte ou non à la conduite au regard des tests d’aptitude qu’il sera contraint de passer.

Aussi, pour s’assurer d’un conducteur de taxi moto respectera scrupuleusement la loi, il faudra que ce dernier n’ait jamais eu de conduite à risque par le passé. Cela implique de ne jamais avoir roulé sans permis ni même avoir été sujet à une invalidation ou annulation du permis une seule fois dans sa vie.

Un conducteur consciencieux, en effet, doit avoir prouvé être digne de confiance pour transporter des personnes. La règlementation taxi moto, pour cette raison, prévoit de prendre en compte le passif de tout chauffeur éventuel. Cela va jusqu’à interdire de carte professionnelle à toute personne ayant commis une infraction grave au code de la route ayant valu un retrait de 6 points sur le permis. Gardez en tête que la loi retient qu’un refus de priorité seulement vaut un retrait équivalent à 6 points. Aussi faut-il être un conducteur irréprochable pour mériter de devenir chauffeur VMDTR.

Enfin, la règlementation taxi moto, pour obtenir la carte professionnelle de chauffeur taxi moto, impose naturellement à tout candidat de postuler à un examen. La CMA, ou Chambre des Métiers et de l’Artisanat, dispense un examen taxi moto valable autant pour les chauffeurs de Taxi-VTC ou de VMDTR.

La règlementation prévoit que l’examen, comme au permis, comprenne une partie théorique faite d’évaluations de connaissances et d’une partie pratique afin de mesurer vos capacités à conduire un voyageur en toute sécurité dans le plus strict respect de la loi.

La partie théorique comprend en tout 7 modules. 5 d’entre eux sont communs aux VTC et VMDTR et deux seulement sont spécifiques aux futurs chauffeurs de taxi moto. Ces modules comprennent divers tests afin d’évaluer si vous êtes parfaitement familier avec la règlementation taxi moto qui s’imposera à vous.

Enfin, la partie pratique, qui succédera à la partie théorique à condition que vous ayez réussi cette dernière, impliquera un examen de conduite. Afin d’être parfaitement préparé à la partie pratique, les professionnels de la conduite recommandent de vous soumettre à une formation taxi moto au préalable. Vous pourrez éviter ainsi tous les pièges de l’examen et parfaitement respecter les consignes relatives à la règlementation taxi moto.


La réglementation taxi moto relative au véhicule

Bien entendu, être en conformité avec la loi pour conduire un voyageur en VMDTR, n’implique pas uniquement de posséder une carte professionnelle. Votre véhicule deux-roues sera lui aussi sujet à la règlementation taxi moto. Car pour s’assurer parfaitement que le transport de personnes en taxi moto soit sans danger, seul un véhicule répondant à des normes précises peut être considéré suffisamment sécurisant pour une pareille conduite.

Votre véhicule, si vous êtes amené à devenir chauffeur VMDTR, devra alors répondre à divers critères techniques imposés par la loi. Il devra d’abord avoir moins de quatre ans d’ancienneté puis, évidemment, être assuré et respecter un suivi d’entretien annuel, soit un contrôle technique chaque année.

La signalétique, comprenant le numéro d’immatriculation du véhicule sur le pare-brise, a elle aussi été rendue obligatoire par la règlementation taxi moto. Une règlementation taxi moto qui, par ailleurs, impose aussi que la puissance de votre véhicule soit au moins supérieure ou égale à 40kW.


Comment bien respecter la règlementation taxi moto ?

Avec autant de normes à respecter, il est difficile d’une part d’obtenir sa carte professionnelle, mais surtout, de pouvoir continuer à pratiquer l’activité de chauffeur VMDTR en respectant la règlementation taxi moto. Toutefois, une attitude de bon conducteur suppose de suivre les conseils de professionnels. En respectant plusieurs gestes simples au quotidien, vous vous assurerez d’être toujours en conformité avec la loi afin de ne jamais violer la règlementation taxi moto.


Toujours garder son taxi propre

Un chauffeur respectable est avant tout un chauffeur qui mérite d’être respecté. Avant même de vous être présenté, votre véhicule en dit long sur vous et sur votre conduite. Aussi, un taxi moto mal lavé sera évidemment considéré mal entretenu de manière générale. Ce qui, le plus souvent, sera le cas.

Vous vous devez, pour être agréable et respectueux à votre voyageur, de toujours laver votre véhicule. Considérez que le prix de votre transport inclut la propreté de votre VMDTR.


Un transport VMDTR de qualité est avant tout un transport professionnel

Un conducteur de taxi moto doit être professionnel. Cela implique de ne jamais chercher à être trop familier avec les personnes qu’il sera amené à transporter. Bien que vous puissiez estimer que vous montrer sympathique et faire la conversation puisse être apprécié par votre voyageur, ce dernier pourrait cependant trouver cette conduite plutôt intrusive.

Qui plus est, un chauffeur familier est aussi un chauffeur désinvolte et donc, un chauffeur qui ne prend pas garde à sa conduite. Restez concentré sur la route et ne faites la conversation avec votre voyageur qu’à condition que celui-ci en soit l’instigateur. Néanmoins, n’oubliez jamais de rester sérieux en toutes circonstances afin de toujours demeurer professionnel.

Respecter la règlementation taxi moto passe par le fait que le voyageur a toujours raison

Que vous ayez raison ou tort, en tant que prestataire et chauffeur de taxi moto, vous vous devez de vous plier aux exigences de votre voyageur. Ne demandez pas « pourquoi », contentez-vous de respecter ses consignes aussi longtemps que celles-ci sont conformes à la réglementation taxi moto et donc, à la loi.

Un transport de personnes implique de louer ses services de conduite ainsi que son véhicule à un voyageur étant amené à profiter des deux prestations à la fois. Ces services devront par conséquent être impeccables. Efforcez-vous alors d’être un conducteur digne des louanges de votre voyageur car celui-ci aura toujours raison.


Un conducteur consciencieux planifie toujours son itinéraire avant de partir

Comme pour un chauffeur VTC, un chauffeur taxi moto devra nécessairement réfléchir à son itinéraire, quitte à avoir recours à des outils de navigation pour VMDTR. Ne cherchez jamais à improviser votre parcours lors d’un transport, cela n’est pas professionnel. Aussi, afin de ne pas agir en amateur et être le plus profitable possible à votre voyageur lors d’un transport, envisagez le meilleur itinéraire afin de lui faire gagner du temps et de l’argent.

Au-delà de la réglementation taxi moto, l’éthique professionnelle joue elle aussi un rôle important dans vos attributions de chauffeur VMDTR.


Respecter la loi et le code de conduite

Bien évidemment, être conforme à la réglementation taxi moto passe avant tout par le respect du code de la route. Vous devrez, afin d’être digne de votre carte professionnelle et du titre de chauffeur VMDTR, ne jamais être en infraction en cas de conduite, qui plus est avec un voyageur.

Ce comportement de chauffeur consciencieux passe avant tout par une conduite souple et prudente à chaque instant. Ne soyez jamais en excès de vitesse, même pour convenir aux attentes d’un client. Aussi, même si votre activité de chauffeur VMDTR implique d’être souvent en contact avec vos clients par téléphone, ne téléphonez jamais en conduisant. Car en plus d’être contraire à la loi, ce comportement se veut éminemment dangereux.

Le respect de la réglementation taxi moto, en plus d’être primordial pour obtenir sa carte professionnelle de chauffeur VMDTR, est aussi un moyen de vous professionnaliser en tant que conducteur. Vous serez en effet amené à transporter des personnes au moyen d’un véhicule deux-roues parfois dangereux. Pour cette raison, il importe de vous professionnaliser à la conduite, pas seulement pour respecter la réglementation taxi moto, mais aussi pour que le transport que vous effectuerez soit plus sûr pour vous ainsi que votre voyageur.